Le triomphe du film à petit budget

L’Est Eclair


1er avril 2009

L’Est Eclair

Sur les traces de Dany Boon, deux comédiens cartonnent avec leur film-maison.


Petit budget mais 120 000 entrées : deux comédiens tourangeaux ont réalisé avec Mariage chez les Bodin’s le deuxième film le plus rentable du cinéma français en 2008 derrière Bienvenue chez les Ch’tis. Cette comédie a coûté 94 000 € et obtient un taux de rentabilité de 386,81 %, deuxième derrière les 565,87 % du film de Dany Boon (11 millions d’euros de budget pour 20 449 865 entrées), selon Le film français.

« Cela nous fait rire parce que le milieu du cinéma ne nous connaît pas. On est des zombies pour certains. C’est un joli pied de nez à tout ce système », notent Vincent Dubois, 45 ans, et Jean-Christian Fraiscinet, 44 ans, tous deux attablés dans un restaurant tourangeau « devant des produits locaux ». « Le juge ultime, c’est le public. C’est notre César à nous », lancent-ils en chœur. César qu’ils n’auraient pas eu, tout comme les Ch’tis.

La comédie n’est pas récompensée par la profession, et de toute façon, ils n’étaient pas invités non plus à la cérémonie des remises des Césars à Paris, sourient-ils.

Ce film, tourné en six jours dans la région Centre, raconte la préparation du mariage de Christian Bodin, 50 ans, un peu naïf (joué par Jean-Christian Fraiscinet), avec Claudine, la cantinière de l’école du village. Il vit sous la coupe de sa mère Maria, 82 ans (joué par Vincent Dubois), vieille campagnarde intraitable et irascible. « Avec seulement les avant-premières, donc avant sa sortie, le film était rentabilisé », se félicite Vincent Dubois. Et le bouche à oreille a fonctionné !