samedi 25 mars 2017

Grandeur Nature en tournée

PAU / ZÉNITH à 20h00

PAU - NOUVELLES REPRÉSENTATIONS les 9 et 10 novembre 2018

Complet


Les Bodin’s Grandeur Nature, ce phénomène burlesque créé par Vincent DUBOIS et Jean-Christian FRAISCINET, auteurs, metteurs en scène et comédiens, triomphe à Descartes en plein air depuis plus de 13 ans et dans tous les zéniths de France depuis septembre 2015.

Les Bodin’s Grandeur Nature, ce phénomène burlesque créé par Vincent DUBOIS et Jean-Christian FRAISCINET, auteurs, metteurs en scène et comédiens, triomphe à Descartes en plein air depuis plus de 13 ans et dans tous les zéniths de France depuis septembre 2015.

Du jamais vu, sur les routes c’est un convoi de plus de 10 semi-remorques qui circule. Dans les salles, c’est dans le décor hors norme d’une ferme reconstituée grandeur nature que nous retrouvons Maria BODIN, une vieille fermière roublarde et autoritaire de 87 ans, et son fils Christian un vieux garçon débonnaire et naïf, donnant la réplique à 6 autres comédiens (le facteur, la maréchaussée, le contrôleur vétérinaire et surtout Julie, leur petite nièce de la ville). Y vivent également chien, poules, coq, lapins, chèvres, âne et cochon... Au rendez-vous, machines infernales, effets spéciaux, eau, feu, flammes, odeurs... Bons mots, rires et sourires assurés !

Forts d’une actualité riche et des derniers événements politiques, l’histoire se réécrit.

Retrouvez les BODIN’S dans la plus dingue de leurs créations.

LES BODIN’S GRANDEUR NATURE TOUJOURS EN CAMPAGNE !

JPEG - 899.6 ko

L’histoire :

Julie, une jeune parisienne délurée, qui fait les 400 coups et le désespoir de ses parents, est placée, pendant les grandes vacances, chez des cousins éloignés, au cœur de la France profonde : la famille Bodin. La mère Maria est une mamie ravageuse et autoritaire de 87 printemps, et le fils Christian est un grand benêt de 50 ans et puceau incurable. Au milieu de leurs bestiaux, chez eux, dans leur ferme, les Bodin’s n’ont pas l’intention de se laisser marcher sur les charentaises par cette effrontée venue de la capitale…

Ça va fritter sec dans les tournesols !!!