Les Bodin’s prothésistes

La Nouvelle République


18 mars 2017

La Nouvelle République

Vincent Dubois et Jean-Christian Fraiscinet ont délaissé leurs chicots cariés pour devenir “ Artisans d’un jour ” chez leur prothésiste, Xavier Dumontet.


Les Bodin’s avec Xavier Dumontet, prothésiste dentaire : « Quand tu t’y colles, tu comprends mieux la difficulté ».

© Photo NR, Patrick Gaïda

Vincent Dubois et Jean-Christian Fraiscinet, alias Maria et Christian Bodin’s, poussent la porte de leur prothésiste préféré, installé à Châteauroux, Xavier Dumontet. Cette fois, les deux comédiens ont laissé au râtelier leurs bouches de spectacle, édentées et noircies par les caries.

Pas question de faire les guignols. Ils ont rendez-vous avec l’opération Artisans d’un jour pour embrasser la profession de Xavier Dumontet, lui-même élu à la chambre de métiers. Même le vice-président, Nicolas Cousin, est là.

Apprentissage de dix ans

Comment les deux comédiens ambassadeurs de l’artisanat vont-ils découvrir le métier ? « A l’arrache », répond très sérieusement le prothésiste. Artisan d’un jour, artisan toujours : « Avant d’être comédien, j’étais ébéniste  », rappelle Vincent Dubois. Devenir prothésiste, c’est une autre paire de manches : « Un apprentissage de dix ans et j’en suis à ma quarante et unième année », annonce Xavier Dumontet.
Les bacs de poudres colorées intriguent. « La première fois que j’ai utilisé du plâtre, c’était pour faire des santons pour la crèche. » Nathalie, assistante du laboratoire, recadre les comédiens : « C’est 200 grammes pour effectuer le moulage d’une prise d’empreinte effectuée par le dentiste ».
Deuxième étape de cet apprentissage marathon : « La pose de deux dents prothétiques et il faut bien choisir le modèle, la taille et la teinte  ». Quand Laurent ouvre les tiroirs avec tous les modèles, c’est l’ADN Bodin’s qui revient au grand galop : « Quand je pense qu’ils vont chercher ça dans les cimetières, c’est honteux  », s’esclaffe Vincent Dubois.
Spatule à la main, les yeux rivés sur un moulage, Jean-Christian Fraiscinet est fasciné : « Un vrai travail manuel de précision et il faut avoir une bonne vue  ». Message entendu de son complice : « Faut pas arrivé ici bourré, c’est sûr ». Puis la visite du laboratoire numérique. « L’artisanat du XXIe siècle, souligne Xavier Dumontet. C’était un plaisir de collaborer avec les Bodin’s qui se sont montrés sensibles aux problèmes de l’artisanat qui peine à recruter des jeunes. » Convaincus et convaincants : « Arrêtons de dire que c’est la cinquième roue du carrosse. C’est noble et ce sont de beaux métiers qui évoluent aussi  », lancent les comédiens.

Jacky Courtin